Avions de collection

Dassault Flamant MD 312

 

Dassault Flamant MD 312

Dassault1 022 broussard3


Information : Le Dassault Flamant MD312 n'est plus à l'ACBM. Il a été cédé à l'Amicale Alençonnaise des Avions Anciens, pour restauration et conservation.

Historique : Photo

Marcel Dassault obtient le 30 juillet 1946 un marché pour la réalisation de deux prototypes MB.30 qui trouvent leur origine dans le projet de bimoteurs de transport léger BA.30, étudié durant l'occupation par la Société Bordeaux Aéronautique à Talence. Ces deux appareils, équipés de moteurs Lorraine Béarn imposés par les services officiels, répondent aux deux versions suivantes : liaison et entraînement au pilotage, qui devient MB.303, et entraînement à la navigation et au bombardement, qui devient MB.301. Le MB.303 effectue son premier vol à Mérignac le 10 février 1947 avec un équipage composé de Georges Brian, Kostia Rozanoff et Jean Dillaire. L'appareil s'avère rapidement sous motorisé. Marcel Dassault, inquiet de la sous motorisation de ses avions, lance sur ses fonds propres un MB.303 équipé de Snecma 12S Argus qui devient le MD.315. Le 6 juillet 1947 à Mérignac, à la tombée de la nuit, le MD.315 effectue un premier vol de dix minutes aux mains de Georges Brian, Kostia Rozanoff et Jean Dillaire.Une mise au point rapide permet de le comparer à ses concurrents SO94 et NC701 Siebel : l'appareil de Dassault est moins lourd, donc plus manœuvrable. Les 4 et 6 octobre 1947, à Marignane, la comparaison des vitesses ascensionnelles fait la différence, le MD.315 l'emporte.

Carrière :

Grâce à sa robustesse et sa polyvalence, le Flamant a équipé de nombreuses unités de l'Armée de l'Air, et notamment : le CEAM (Centre d'Expérimentation Aérienne Militaire) de Mont-de-Marsan, le GLAM (Groupe de Liaisons Aériennes Ministérielles), l'ETPBM d'Avord (Ecole de Transformation des Pilotes sur Bi-Moteurs), le CIET de Toulouse (Centre d'Instruction des Equipages de Transport), l'école de l'Air de Salon de Provence, le GAEL de Villacoublay (Groupement Aérien d'Entraînement et de Liaison).Entre 1955 et 1963, les Flamant ont été mis en ligne en Afrique du Nord, notamment pour l'appui-feu avec des missiles SS11 sur MD.311 ou des mitrailleuses, des bombes et des roquettes sur MD.315. Six escadrilles de l'Aéronavale (1S, 2S, 3S, 10S, 11S et 54S) ont utilisé le MD.312 M.

Production :

Le Flamant, dans ses différentes versions et prototypes, a été construit à 325 exemplaires. A la demande de l'état, la fabrication est ventilée entre entreprises nationales et privées : SNCASE à Toulouse pour le fuselage; SNCASO à Rochefort pour les ailes; SNCAN à Bourges pour les plans centraux; Morane-Saulnier à Puteaux pour les empennages, les ailerons et les volets de courbure; Talence Avions Marcel Dassault assure la coordination des fabrications, la fabrication des plans centraux, le montage général, la mise au point, les essais en vol et la livraison.

Le Flamant est livré en 4 versions ayant une numérotation commune de production qui sont dans l'ordre chronologique:

- MD.315 pour la police coloniale (N° 1 à 136)

- MD.312 avec double commandes pour la liaison et l'école de pilotage (n° 137 à 253)

- MD.311 à nez vitré pour l'entraînement au bombardement et à la navigation (n° 254 à 293)

- MD.312M pour les liaisons aéronavales (n° 294 à 318)

Motorisation :

Le moteur 12S était issu du moteur allemand Argus AS 411-TA que produisait la société des moteurs Renault-Aviation sous l'occupation depuis 1942. Repris par la Snecma, il fut transformé en 12T à partir de 1955, par amélioration du compresseur, adoption de nouvelles formes de pistons et de segments plus efficaces. La puissance est alors portée à 580 CV et son potentiel passe de 600 à 700 heures.

 

 

Max Holste Broussard

 

Max Holste dit Broussard

Broussard vol rogné Broussard1 Broussard2

Pour en savoir plus sur le broussard, consultez le site qui lui est dédié  ou celui-ci http://www.mh-1521.fr/

Information : Le Broussard MH-1521 appartient maintenant à 2 propriétaires privés. Il est toujours stationné dans les hangars de l'Aérodrome de Pouilloux - LFGM.



Le MH-1521 Broussard


Appareil de liaison et d'observation, extrapolé du M.H 152, le Broussard est un monoplan à aile haute haubanée entièrement métallique qui connut un vif succès tant auprès des civils que des militaires. Equipé de l'ancien moteur Pratt & Whitney R. 985 (dont la conception remonte aux années trente) que la firme américaine remit spécialement en fabrication, actionnant une hélice Hamilton Standard à vitesse constante, le prototype vola pour la première fois aux mains du pilote Pierre HENRY le 17 novembre 1952.


C'est une machine particulièrement robuste, demandant peu d'entretien et pouvant opérer à partir de terrains non aménagés. L'emploi d'un double gouvernail de direction, inhabituel à l'époque sur un avion à ailes hautes, permet une grande précision dans le pilotage à vitesse réduite. Les jambes du train d'atterrissage, à ressorts d'acier, sont d'une exceptionnelle robustesse et conviennent bien aux débutants.

Il peut être aménagé dans diverses configurations :
- liaison comprenant 6 sièges
- poste de commandement volant avec équipement radio
- observation avec appareils photos embarqués
- sanitaire avec 1 ou 2 civières
- "gunship" avec une mitrilleuse MAC 52
- lance-grenades
- parachutistes

Outre son utilisation militaire, de nombreuses commandes civiles ont été enregistrées par Max Holste, notamment pour une version agricole. Sa faible vitesse de vol en fait également un bon moyen de largage pour le parachutisme civil.

Les Broussard furent employés de manière intensive pendant la guerre d'Algérie comme avion de liaison, d'observation, d'évacuation sanitaire et de guidage pour les chasseurs. Quelques Broussard ont été utilisés par le Groupe de Liaison de Mérignac.

Les militaires demandèrent un prototype (M.H 1522M) pourvu de becs de sécurité de bords d'attaque afin d'améliorer les qualités d'envol et d'atterrissage (1er vol le 11 février 1958).

Production

La série a porté sur un total de 366 exemplaires, sans compter les prototypes et préséries, dont 47 M.H 1521C (civils). En dehors de l'Armée de l'Air, de l'Aéronavale et de l'ALAT, le Broussard a été en service dans une quinzaine de pays essentiellement africains, à titre militaire et chez plus d'une vingtaine d'utilisateurs civils, français comme étrangers. A noter qu'au moment où a cessé la production en 1961, la raison sociale du constructeur est devenue Reims Aviation en raison du départ de Max Holste.

Carrière

L'Armée de l'Air a utilisé le Broussard de 1956 à 1987, l'ALAT de 1957 à 1993, toutes deux au sein de nombreuses unités, en Afrique du Nord, en Afrique noire et en métropole.
La Marine en a mis en oeuvre un petit nombre de 1957 à 1970.
La DCAN (DGA) en employa quelques uns à partir de 1968 et en fut le dernier utilisateur d'état.
De nombreux exemplaires connaissent une nouvelle vie dans le civil.

Exportation

Après le retrait des derniers appareils en France, une cinquantaine de Broussard étaient toujours employés par des états comme le Dahomey (Bénin), le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République populaire du Congo, le Gabon, la Côte d'Ivoire, la Mauritanie, le Maroc, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo et la Haute-Volta (Burkina-Faso).

Caractéristiques

Envergure : 13,75 m
Longueur : 8,60 m
Hauteur : 3,67 m
Surface alaire : 25,2 m2
Masse à vide : Selon mission
Masse max. : 2700 kg
Vitesse max. : 228 km/h
Vitesse ascensionnelle : 360 m/mn
Plafond d'utilisation : 5500 m
Distance de décollage : 200 m
Distance franchissable : 1200 km
Charges utiles : 500 kg de fret ou 5 à 7 passagers
Moteur : 1 Pratt & Whitney R.985.AN.1 Wasp Junior en étoile de 450 CV (336 kw)

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Les avions Avions de collection

Les cookies sont de petits fichiers texte que votre ordinateur télécharge à chaque fois que vous visitez un site Web. Lorsque vous retournez sur des sites Web, ou que vous rendez sur des sites Web utilisant les mêmes cookies, ceux-ci reconnaissent ces cookies et donc votre ordinateur ou votre périphérique Mobile.

Gestion des cookies sur notre site